LÉGENDE

 

La presque vraie légende de la Chèvre d'or.

En 826 le noble Aissó s'est rebellé à la Plana de Vic contre les comptes francs qui gouvernaient la Catalogne. Les hommes insurgés ont dévasté le centre de la Catalogne et les villes des actuelles régions du Bages, Moianès, Berguedà et Osona en les laissant presque dépeuplées. Le roi Franc a envoyé une grande armée contre Aissó. L'armée était liderée par le gouverneur franc de Barcelone, Bernat de Septimània. Il a gagné beaucoup de terrain à Aissó, qui a demandé de l'aide à l'émir de Cordoue. L'émir lui a envoyé un grand trésor; cependant le trésor n'est pas arrivé à temps. En août 829, Aissó a succombé et il a été poursuivi par Bernat de Septimània jusqu'à Moià et il n'a eu que le temps de se réfugier dans la vieille tour de Clarà où il a enterré le trésor, et de s'enfuir . Aissó a été pris par Bernat de Septimània, tué par les francs et enterré auprès de ses hommes sous l'ancien dolmen de “La Grossa”.


Les plus âgés de Moià racontaient qu'il y avait beaucoup de pièces en or dans le trésor, mais l'émir avait aussi envoyé une amulette magique: Une chèvre qui donnait à son propriétaire plus de force que les hommes normaux et une virilité hors mesure. Ils ont aussi raconté que l'esprit d'Aissó errait dans les murs du château de Clarà pour protéger le trésor et il le changeait de place chaque fois que quelqu’un s'y approchait. 


*   *   *


Plus de cinq cents ans sont passés. En 1381, le château de Clarà n'est pas habité. Les nobles de Planella avaient le château en concession du compte de Barcelone et aussi roi d'Aragó. Ils habitent maintenant dans la grande maison de Castellnou qui est plus confortable et approprié au pouvoir de la famille. La même année, Pere de Planella achète au roi toute la ville de Moià et plusieurs châteaux et terres. Il était alors maître des terres et des gens, et tout le monde devait se soumettre à sa volonté.
Les plus âgés de Moià disent qu'il n'y peut avoir qu'une seule explication à la grande richesse de Pere de Planella: Il a conclu un pacte avec le diable et il a du pouvoir sur l'esprit d'Aissó qui garde le trésor. Ils disent aussi que pendant la nuit on entend les bruits sous les champs de Moià; Pere de Planella, grâce à la super force de la chèvre a construit un tunnel qui a uni Castellnou avec le château de Clarà et donc il pouvait aller et venir d'un château à l'autre pour prendre, s'il était nécessaire, des pièces du trésor qui étaient gardées par l'esprit d'Aissó.

Pere de Planella, étant un des serfs du roi, doit l'accompagner dans ses voyages et à la guerre en faisant part de sa court royale et c'est la raison pour laquelle il passe beaucoup de temps loin de son château. Alors, il laisse son demi-frère, Guil·larà de Planella, en charge de Castellnou. Guil·larà est un home mauvais, violent et surtout envieux. Pendant un de ces voyages, il arrivera un fait qui va changer le cours de l'histoire.

Bernat de Prat Sobirà est un des rares paysans qui sont libres à Moià. Parce que quand Planella avait acheté la ville, les domaines de Bernat en sont restés exclus grâce au roi.

Dolça de Casals est la plus belle femme du département et elle est la fiancée de Bernat. Pour pouvoir se marier ils devaient demander la permission à la famille de Planella parce que la famille Casals se devaient à eux. Planella avait le droit de se coucher avec toutes les femmes sous son pouvoir la première nuit après le mariage. Cela était un vieux privilège des nobles.

Le Dimanche matin, en sortant de la messe, Planella écoutait les demandes des gens du village et il rendait justice. Chaque dimanche, devant la porte de l'église, Pere ou Guil·larà de Planella s'asseyaient protégés par leurs gardes personnels à écouter les pétitions et les plaintes de leurs serves.

Ce jour-là, le père de Dolça et les deux fiancés sont allés demander de se marier. Guil·larà n'a pas dit non mais en voyant la beauté de la jeune fille, il a exigé de s'y coucher après le mariage. Le père, et le fiancé aussi, se sont plaints parce que la majorité des nobles ne demandaient plus de bénéficier de ce droit, parce qu'il générait beaucoup de problèmes et des rébellions pour l'offense infligée aux familles.

Guil·larà s'est tenu ferme. Il ne pouvait pas laisser échapper l’opportunité de passer une nuit avec la plus belle fille des alentours. Mais, pour éviter une révolte et grandir la haine du peuple contre lui, il a offert à Bernat la possibilité de ne pas demander son droit. Guil·lerà croyait que son demi-frère avait trouvé le trésor d'Aissó et la chèvre d'or. Il voulait aussi se réjouir des propriétés magiques de la chèvre, spécialement celle de la virilité parce que la nature lui avait donné un tout petit membre. Si Bernat allait aux ruines de Clarà, trouvait et lui apportait la chèvre; Guil·lerà allait renoncer à posséder la fille. Mais, pendant ce temps, Dolça devait être prisonnière à Castellnou, et elle ne serait libérée qu'au moment où Bernat lui donnerait la chèvre d'or.

Bernat, ses frères et les jeunes qui travaillaient pour lui, sont partis aux ruines de Clarà chercher la chèvre d'or. Ils ne savaient pas exactement ce qu'ils cherchaient mais ils ont déplacé toutes les pierres des ruines jusqu'à ce qu'ils on trouvé l'entrée du tunnel, cachée derrière les mûriers. Là, dans un souterrain obscur et humide, sur une pierre il y avait la chèvre. Bernat a prié Dieu et il a sauté sur la pierre. Quand il a touché la statue il s'est senti très fort. Et avec cette force il a fait un grand saut et il a pu sortir juste au moment où Aissó a fait tomber un grand nombre de pierres sur l'ouverture du tunnel en cachant le trésor pour l'éternité.

Le dimanche suivant, Bernat a donné la chèvre d'or à Guil·larà de Planella, mais celui-ci n'a pas tenu son mot, et protégé par ses hommes, il est parti à Castellnou . Il a dit à Bernat qu'il lui retournerait la fille après avoir éprouvé avec elle les pouvoirs miraculeux de la chèvre d'or.

Bernat, ennuyé par les actions de Guil·lerà de Planella, a juré de la vengeance. La haine générale a fait que Planella ait seulement pu entrer dans la ville en se cachant et bien protégé par ses hommes.

La famille Planella avait depuis longtemps une maison à Moià. La maison était au coin de la place de l'église et d'une petite rue appelée “carrer de la Cansalada”. Cette rue finissait près des remparts de la cité. Pour aller à la maison sans être vu, Guil·lerà utilisait toujours cette petite rue. Quelqu’un le savait et en prenant de l'avantage, la vengeance a été planifiée.

Un dimanche matin, Planella est sorti de Castellnou avec ses hommes et pendant qu'ils entraient par la porte du rempart, Guil·larà est allé vers la petite rue; il a ouvert une petite porte et il est entré à cheval. Ceux qui l'attendaient ont fermé la petite porte juste au moment où des gens aux ordres de Bernat de Prat Sobirà sont entrés dans la petite rue du coté de la place. Ils lui ont jeté des pierres jusqu’à ce qu'il est tombé mort de son cheval. Ils lui ont coupé la tête et l'ont pendu à un des soutiens des torches de la place.

Les gens ont trouvé chez lui la chèvre d'or et pour éviter que cette amulette leur portait plus de malheur, ils ont décidé de la fondre. Avec l'or ils ont pu faire 3000 pièces, juste le prix que les gens de Moià devaient payer au roi pour acheter leur liberté et n'être plus jamais sous les ordres de Planella.

On dit que de ces 3000 pièces pour le roi en sont restés six et qu'aujourd’hui, après plus de 700 ans, elles sont encore à Moià. Ces pièces ont encore un peu de pouvoir de la chèvre d'or et peut-être si vous regardez l'entrejambe des hommes de Moià vous pourrez découvrir qui en a une! 


Compilée et adaptée par Ramon Tarter i Fonts.
Traduction par Imma Pladevall i Canet (On veut aussi remercier à Núria Casas).